SAMBUC ÉDITEUR

littérature & sciences humaines

Dernières parutions Les collections Catalogue
Encyclopédie La maison d’édition Librairies Contact


Littérature | Le 14 août 2022, par Sambuc éditeur.
Lecture : cinq minutes.


Kan’ami Kiyotsugu

Acteur japonais, 1333-1384

Kan’amidabutsu, abrégé Kan’ami ou Kan’a, nom bouddhiste de Kanze Kiyotsugu, est un acteur, dramaturge et chef de troupe de théâtre de l’époque Nanboku-chô (« période des cours du nord et du sud », 1336–1392).

(Image : Kan’ami Kiyotsugu)

Acteur et musicien, Kan’ami est le créateur du chant lyrique du , le yôkyoku. Il est à l’origine de la constitution de la forme classique du genre. Il est enfin le fondateur et premier chef de troupe de la lignée Kanze, troupe de théâtre sarugaku jouant dans le Yamato (province du sud du Japon). Il eut pour fils aîné Zeami Motokiyo (1363–1443), son successeur à la tête de la lignée Kanze.

Kan’ami naît dans la province d’Iga (actuelle préfecture de Mie, dans le sud du Japon) en 1333. Son père était le fils adoptif de Minodayu, chef de la troupe de sarugaku de Yamada.

En combinant habilement les meilleurs éléments dramatiques, lyriques ou dansés empruntés à tous les arts du spectacle, Kan’ami est à l’origine d’un nouveau style syncrétique d’art théâtral à l’origine du sarugaku-nô. Il puise notamment dans les kusemai, forme très populaire de chants accompagnés de danse, pour faire du un art lyrique original. Sur le plan de la dramaturgie, son innovation principale a consisté à mêler le registre lyrique du à des thèmes et des motifs dramatiques issus de légendes et de récits populaires.

En 1374 ou 1375, assistant pour la première fois à une représentation de cet art, le jeune shogun Ashikaga Yoshimitsu (1358-1408) se rendit en personne à un spectacle de sarugaku donné par Kan’ami et son fils au temple d’Imakumano, au sud-est de Kyôto. Yoshimitsu devint dès lors un protecteur puissant pour les deux acteurs de la lignée Kanze. La lignée Kanze, qui venait de s’établir avec Kan’ami, devint ainsi dès ses débuts le courant dominant d’un art en plein développement, le sarugaku-nô, soutenu par l’aristocratie guerrière et le shogunat.

Kan’ami meurt en 1384, après une représentation aux sanctuaires Sengen de Shizuoka.


Sambuc éditeur


L’actualité : derniers articles

Ce samedi 1er octobre 2022 à 17h00, les éditions Sambuc présenteront leur travail d’édition de livres d’art, à l’occasion du salon d’art contemporain « Art inédit » à Poissy.

Actualité | Le 30 septembre 2022, par Sambuc éditeur.


À l’occasion de la Journée européenne des langues, le 26 septembre 2022, la DGLFLF lance une vaste collecte d’enregistrements sonores de la langue sur tout le territoire, à travers le laboratoire mobile Écouter-Parler.

Actualité | Le 24 septembre 2022, par Sambuc éditeur.


Dans le cadre de l’ Année internationale du verre 2022 proclamée par l’ONU, les éditions Sambuc publieront jusqu’à la fin de l’année de nombreux contenus en lien avec ce matériau.

Actualité | Le 22 septembre 2022, par Sambuc éditeur.


Rechercher un article dans l’encyclopédie...



Inscrivez-vous à la newsletter Sambuc !


Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement et des cookies de mesure d’audience. Pour plus d’informations, cliquez ici.

En poursuivant votre navigation, vous consentez à l’utilisation de cookies.

Fermer